JBC – peinture, illustration, street art



Fresque / collage

L’Odalisque Rouge

Festival 3 Rue des Arts, Aulnay-sous-Bois, mai 2014

 

odalisque_complete_bd

Pour la 3ème édition de ce festival à Aulnay-sous-Bois, l’organisateur (la mairie) a décidé de laisser à une vingtaine d’artistes le soin d’investir le Galion, grand bâtiment emblématique du quartier de la Rose des vents, mieux connu sous le nom de « Cité des 3000″. Au même titre que les 4000 de la Courneuve, le quartier souffre d’une réputation sulfureuse… J’y ai trouvé un quartier vivant, aux habitants accueillants, mais il saute aux yeux que le chômage de masse frappe durement. Peu de commerces, beaucoup de types dans la force de l’âge occupés à boire des cafés, beaucoup d’ados employés comme petites mains de l’économie parallèle… La fermeture de l’usine PSA (se trouvant à proximité immédiate) n’a rien dû arranger.

J’ai choisi un mur tout en longueur de 14 x 5 m. J’avais au départ pensé à un grand pochoir, mais les caractéristiques du mur rendait sa mise en pratique difficile : j’ai opté pour des laies imprimées au traceur et repeintes à l’acrylique en atelier (photo Brieuc Saffré) :

odalisque_atelier_bd

Pour ce qui est du sujet, moi qui aime reprendre les thèmes de la peinture classique, j’ai pensé à une grande odalisque, un peu à l’image de celle d’Ingres :

la_grande_odalisque

Et puis pour y apporter ma touche personnelle, en faire une guérillera matée par une brochette de dignitaires maoïste (dont Mao lui-même). Plus que la provocation, c’est la confrontation de ces deux univers anachroniques qui m’intéressait. Je ne pouvais pas ignorer que dans le quartier où j’allais intervenir, à forte population musulmane, le sujet pouvait déplaire. Mais je gardais espoir que la primauté de l’esthétique tropicale et le dépaysement renforcé par les lettrages chinois allaient susciter l’indulgence.

Bref, je pouvais sentir la tension monter au fil des jours de l’élaboration, au gré des mises en garde de certains habitants (« mets-lui un bikini ! »), de l’hostilité affichées des uns (« et pourquoi pas Staline ?! ») et des encouragements d’autres. Et dans la nuit du vendredi au samedi, ce qui devait arriver arriva :

P1060441_bd

Ils avaient décidé de le dessiner eux-même, le bikini, et au gros rouleau. J’ai eu un coup au moral, mais avec l’aide d’Adam Sender, j’ai quand même continué le travail (photo ci-dessous : Alex Tassot).

10385494_308331392656119_2008064302734002754_n

et faute de pouvoir repriser correctement la fesse (vu le temps qu’il restait), voilà le résultat final :

odalisque12_bd

Sans rancoeur malgré tout… il ne faut pas oublier que les fresques appartiennent avant tout aux habitants des quartiers où elles sont peintes ; ils en disposent ensuite comme ils le veulent.

 

 


  1. Françoise Sarnel écrit:

    Bonjour, je viens de découvrir votre site par l’intermédiaire de la page FB « L’art de Ka ». Votre odalisque est (était) vraiment superbe et je voulais simplement ajouter que votre indulgence face au vandalisme imbécile dont elle a été victime vous honore et vous permet de poursuivre votre travail. « Mais », je ne peux m’empêcher de l’écrire et de le penser : mais.

    Citer | Posté 22 mai, 2014, 9:52

Laisser un commentaire

SCRIBOUILLE ET PEINTURLURE |
Denis LE POULLENNEC |
Ambiance Vents et Marées pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elisheba
| Les dessins de Marie la Fou...
| Itinéraire d'un artiste sou...