JBC – peinture, illustration, street art



Collage

Derrick à Molitor

P1060650_web

Tout le monde se souvient du grand flic bavarois au teint verdâtre et aux yeux globuleux, toujours flanqué de son assistant trapu et impassible, Harry. Pendant longtemps, Derrick a été synonyme non pas de pompe à pétrole, mais de série ultra-chiante et monolithique, diffusée aux heures de la sieste et ciblant le public des ménagères de plus de 50 ans. Récemment la figure de Horst Tappert a été ternie (mais aussi rendue plus sulfureuse) par la révélation de son passé Nazi.

Pourquoi donc avoir choisi de mettre en scène les personnages de Derrick dans ce décor irréel fait de tapisseries 70′s et d’extraits de la redoute de 1968 ? Parce Derrick reste un personnage ancré dans ce passé kitch, familier mais déjà si lointain. La déformation androgynesque du ex-héros viril en femme sans âge et adipeuse me permets d’apporter le trouble de la confusion entre le personnage est son public : gardant le revolver en tant qu’attribut de son autorité, Derrick défie sa position grotesque par un regard implacable, capable de sonder l’âme des criminels. Dont vous faites peut-être partie ?

Enfin, parlons du décor, une ex-cabine d’essayage de la nouvelle et très controversée piscine Molitor. La cabine d’essayage est le lieu de voyeurisme par excellence. Ce qu’il nous est donné de voir, c’est une réalité improbable où le visiteur observe autant qu’il est observé par le regard inquisiteur du personnage, dans un décor suranné, saturé, cosy et écoeurant à la fois. 


Laisser un commentaire

SCRIBOUILLE ET PEINTURLURE |
Denis LE POULLENNEC |
Ambiance Vents et Marées pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elisheba
| Les dessins de Marie la Fou...
| Itinéraire d'un artiste sou...