JBC – peinture, illustration, street art


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Non classé.

Peinture sur véhicule

Customisation – Festival Street Art Communauté d’Agglomération d’Evry Centre Essonne / Artistik Rezo – 26 juin 2015

Création inspirée de l’univers des travaux publics, pour un véhicule municipal de la ville de Ris Orangis.

0V6A0910_web

Photo Stefanie b.

ANL_8509_web

Photo Lionel Antoni

0V6A0894_web

stefanie.b656_web

ANL_8499_web

stefanie.b704_web


Collage sur mobilier urbain

Cocteau, Doisneau et Braque : 3 portraits pour les JPO des ateliers d’artistes du 14è arrondissement

Avec Le Cyklop, nous avons travaillé sur trois colonnes à verre de l’arrondissement, représentant  des portraits géants de Jean Cocteau, Robert Doisneau et Georges Braque.

doisneau1_web

braque2_web

doisneau2_webbraque3_web5web4_web

Ces trois artistes majeurs, issus de disciplines artistiques différentes (respectivement écriture/dessin, photographie, peinture) sont d’une manière où une autre liés à l’histoire du 14ème arrondissement de Paris :
• Cocteau a fréquenté le Montparnasse des Année folles
• Doisneau a habité le quartier de Plaisance-Pernety
• Braque a habité au numéro 6 de la rue du Parc-de-Montsouris
À travers 3 colonnes à verre dans des lieux choisis pour leur visibilité (Alésia, Plaisance et Denfert) les JPO 2015 sont en quelque sorte parrainées par ces figures tutélaires de l’art parisien du XXème siècle.

 


Collage sur mur

JBC @ le Mur Oberkampf

« Rock the Kasbah » – un hommage à Joe Strummer (1952-2002)

montage_web

Le MUR Oberkampf, c’était une belle tribune qui m’a été offerte pour exprimer mes opinions, proposer ma vision des choses en image. C’était aussi l’occasion de revenir aux compositions multi-images narratives, telles que je les faisait lors de me débuts (Diego Rivera reste pour moi la référence absolue en la matière).

J’ai pour cela travaillé sur le thème de la chanson « Rock The Casbah » du groupe The Clash (1982). Après avoir travaillé sur les univers latino-américains (beaucoup) et Indiens (un peu), j’ai voulu m’attaquer au champ sémantique et graphique du monde islamique, dans sa dimension culturelle plus que religieuse. Je me suis arrimé à mes agréables souvenirs du documentaire « The future is unwritten » (Julien Temple, 2007), dédié à la vie de son chanteur, Joe Strummer. Un passage m’avait frappé, c’était le chagrin de Joe lorsqu’il apprit que des soldats américains avaient peint « rock the casbah » sur leurs bombes pendant la première guerre du Golfe. J’appris par la suite que cette chanson avait injustement été classée parmi les 50 chansons les plus conservatrices de l’histoire par le magazine National Review en 2006. J’ai vite perçu le potentiel dichotomique du célèbre morceau.

L’exploration de sa dimension festive (telle que l’avait imaginé les Clash) fut un prétexte jubilatoire pour réaliser un pot-pourri d’une certaine conception maghrébine et moyen-orientale de la musique et du spectacle : Frank Zappa, les danseuses orientales, le légendaire label Oranais Boualem Disco Maghreb, etc. Sans peur de tomber dans les clichés, mais lorsque l’on se lance dans ce genre de compositions narratives, on ne peut y couper ; le tout est de savoir les choisir. Et surtout, une reprise de la jaquette du single de Rock The Casbah au premier plan, c’est à dire un juif hassidique et un bédouin déconnant joyeusement ensemble. Ce qui dans le contexte actuel, frôle la provocation. Mais peu importe, je ne fais que proposer une vision, libre à chacun d’y adhérer ou non. Comme Strummer en son temps, je me refuse à verser dans la fatalité d’un éternel affrontement judéo-arabe.

juif-arabe_web

On raconte aussi que Rachid Taha ne fut pas étranger à la genèse du morceau, allant à en faire une reprise 20 ans plus tard avec le guitariste des Clash ; Rachid n’a pas été intégré à mon visuel, mais il aurait très bien pu prendre la place de Franck à califourchon sur un oud. Sa reprise de Ya Rayah est exactement le genre d’ambiance que j’ai voulu transcrire par le modeste biais des images. Quant aux femmes voilées jouant du rock, elles ont été tirées d’une photo de presse, il s’agit d’un groupe de jeunes femmes émiraties. Mon message évite ainsi les simplifications laïcardes sur le voile islamique. Signe religieux exclusivement, ou peut-être aussi culturel ?

emiraties_web

En revanche la déclinaison du coté obscur de la chanson, c’est à dire le détournement triste et injuste de son sens, allait, je le pressentais, me conduire dans les entrailles les plus obscures de l’histoire récente du Moyen-Orient. Il y a eu la guerre du Golfe de 1991. Et il y a peu, le printemps arabe, pour le meilleur et pour le pire. Mais la véritable déchirure s’est produite avec la folle invasion de l’Iraq par les USA en 2003. Folle décision dont nous ne finissons plus de subir les conséquences. J’ai fait des recherches iconographiques sur cet épisode de l’histoire, notamment les horreurs commises à Abou Ghraïb, qui disons-le, n’ont rien à envier aux actuelles atrocités perpétrées par Daech. Et les découvertes m’ont fait froid dans le dos.

daech_web

Des camarades d’atelier m’ont vu m’atteler à cette deuxième partie et des mises en gardes se sont rapidement élevées. C’est qu’entre temps, les attentats du 7 janvier 2015 avaient eu lieu et ses conséquences : montée de la peur, de la tension entre les communautés… Pour accréditer les craintes de mes camarades, il y eu quelques jours avant le « mur » le passage à tabac de l’artiste Combo, alors qu’il collait une affiche sur l’apaisement des rapports entre les religions, près de la Porte Dorée (« Coexist »). Il m’est apparu nécessaire d’accompagner l’oeuvre d’un peu d’explication, pour éviter toute mauvaise interprétation sur un sens qui il faut le reconnaître, n’apparaissait d’une grande clarté. D’où ce petit texte complémentaire collé sous l’affiche :

inscription

DSC_0311_web


Collage sur mobilier urbain

La Cène

1_web

Veille du Mondial oblige, je traite une nouvelle fois de la thématique du football. Mais au second degré, comme j’aime le faire. En l’occurrence, c’est une pastiche d’un tableau de Léonardo Da Vinci mille fois pastiché, la Cène. Autour d’un Socrates fédérateur, dialoguent passionnément, de gauche à droite : Paul Gascoigne, Eric Cantona, Franz Beckenbauer, Paolo Maldini, Carlos Valderrama, Diego Maradona, Zlatan Ibrahimovic, Zinedine Zidane, Pelé, Michel Platini, Roger Milla et last but not least, Johann Cruyff.

2_web3_web4_web

5_web6_web

En plus des icônes incontournables du ballon rond, j’ai dû opérer des choix moins évidents, le fil conducteur étant d’avantage le charisme que les performances purement sportives. L’aura de Zidane serait-elle la même sans son légendaire coup de boule sur le thorax de l’ignoble Materazzi ? N’aurions nous pas oublié les buts de Gazza si par ailleurs sa privée n’avait pas été aussi chaotique ?

Et enfin qui est Juda ? Peut-être l’auteur du récent dérapage sur « les ébats un peu… sociaux » des brésiliens avant la coupe…

 


Fresque / collage

L’Odalisque Rouge

Festival 3 Rue des Arts, Aulnay-sous-Bois, mai 2014

 

odalisque_complete_bd

Pour la 3ème édition de ce festival à Aulnay-sous-Bois, l’organisateur (la mairie) a décidé de laisser à une vingtaine d’artistes le soin d’investir le Galion, grand bâtiment emblématique du quartier de la Rose des vents, mieux connu sous le nom de « Cité des 3000″. Au même titre que les 4000 de la Courneuve, le quartier souffre d’une réputation sulfureuse… J’y ai trouvé un quartier vivant, aux habitants accueillants, mais il saute aux yeux que le chômage de masse frappe durement. Peu de commerces, beaucoup de types dans la force de l’âge occupés à boire des cafés, beaucoup d’ados employés comme petites mains de l’économie parallèle… La fermeture de l’usine PSA (se trouvant à proximité immédiate) n’a rien dû arranger.

J’ai choisi un mur tout en longueur de 14 x 5 m. J’avais au départ pensé à un grand pochoir, mais les caractéristiques du mur rendait sa mise en pratique difficile : j’ai opté pour des laies imprimées au traceur et repeintes à l’acrylique en atelier (photo Brieuc Saffré) :

odalisque_atelier_bd

Pour ce qui est du sujet, moi qui aime reprendre les thèmes de la peinture classique, j’ai pensé à une grande odalisque, un peu à l’image de celle d’Ingres :

la_grande_odalisque

Et puis pour y apporter ma touche personnelle, en faire une guérillera matée par une brochette de dignitaires maoïste (dont Mao lui-même). Plus que la provocation, c’est la confrontation de ces deux univers anachroniques qui m’intéressait. Je ne pouvais pas ignorer que dans le quartier où j’allais intervenir, à forte population musulmane, le sujet pouvait déplaire. Mais je gardais espoir que la primauté de l’esthétique tropicale et le dépaysement renforcé par les lettrages chinois allaient susciter l’indulgence.

Bref, je pouvais sentir la tension monter au fil des jours de l’élaboration, au gré des mises en garde de certains habitants (« mets-lui un bikini ! »), de l’hostilité affichées des uns (« et pourquoi pas Staline ?! ») et des encouragements d’autres. Et dans la nuit du vendredi au samedi, ce qui devait arriver arriva :

P1060441_bd

Ils avaient décidé de le dessiner eux-même, le bikini, et au gros rouleau. J’ai eu un coup au moral, mais avec l’aide d’Adam Sender, j’ai quand même continué le travail (photo ci-dessous : Alex Tassot).

10385494_308331392656119_2008064302734002754_n

et faute de pouvoir repriser correctement la fesse (vu le temps qu’il restait), voilà le résultat final :

odalisque12_bd

Sans rancoeur malgré tout… il ne faut pas oublier que les fresques appartiennent avant tout aux habitants des quartiers où elles sont peintes ; ils en disposent ensuite comme ils le veulent.

 

 


Collage ‘in frichu’

Picadero

[collage dans un hôpital abandonné]

picadero_bd

Coller dans une friche, qui plus est dans un hôpital récemment abandonné, c’est un privilège rarement réalisé car il faut un accès à l’information. Une information sous-terraine, distillée au gré des connaissances et des affinités du milieu du graph’ et du street-art.

Coller des affiches en street-art, c’est aussi autant que possible pouvoir relier un thème à un lieu. Le thème ici abordé est celui de la toxicomanie, lui même relié à la déchéance physique, au monde hospitalier et plus généralement, à celui de la mort. La pratique de la toxicomanie se fait dans des immeubles abandonnées et friches en tout genre.

Coller des personnages, même inquiétants, c’est pouvoir redonner à ces lieux un brin d’existence, commémorer leur passé.

Ces personnages ont été tirés d’une photo de Jérôme Sessini, tiré de son reportage photo « Ciudad Juarez : l’enfer de la drogue », publié dans le site LeMonde.fr, le 22 janvier 2012. « Picadero » est le nom des centres illégaux se trouvant à Ciudad Juarez où les toxicomanes achètent et consomment leurs doses d’héroïne.

Un grand merci à Steph’ des Street Art Shooteurs pour son aide. http://www.street-art-shooteurs-zaromcha-paris.com/

 

 


Collages et photos

« Sauvetage de la Grèce » – Séance photo avec Vincent Bousserez

Collages et photos humanradiations-jbc-1_bd

humanradiations-jbc-4_bd

 

Le photographe Vincent Bousserez  a pris (la bonne) habitude de convier des street-artistes à ses séances photos. Avec pour fil conducteur de cette série le néon, et son interaction aussi bien avec l’artiste que son oeuvre (http://vincentbousserez.com/).

De cette séance en plein air dans une des zones en travaux du 13è arrondissement a résulté d’excellentes images, dont un court extrait seulement est ici publié.

Le thème de l’oeuvre photographiée a une fois de plus une consonance politique marquée. Il fait référence de manière explicite aux plans d’austérité qui frappent les populations européennes… et nous font penser que le remède est parfois pire que le mal lui-même.

Merci à Vincent et aux superbes paysage urbains pour cette session conviviale et mémorable !

 

humanradiations-jbc-panorama-2_bd


Video-Clip

« Nature Urbaine » – Charly et sa Drôle de Dame
Performances artistiques de JBC, Mademoiselle Maurice et Suriani

Image de prévisualisation YouTube

Le chanteur Charly et sa Drôle de Dame a eu l’excellente idée de réunir 3 artistes de street art pour filmer leurs perfomances et making off respectifs. Comme le titre de la chanson « Nature urbaine » l’indique, ces artistes ont pour point commun de travailler sur des sujets qui interrogent le rapport de la nature avec le milieu urbain.  Au fil des entrevues, le projet s’est construit avec une remarquable efficacité, sous la caméra experte de Jérémie Abric et le montage habile de Charly lui-même. Et voilà le résultat !

Sites des protagonistes :

Charly : http://www.charlyetsadrolededame.com/
Mademoiselle Maurice : http://www.mademoisellemaurice.com/
Suriani : http://surianiweb.wordpress.com/


Performance et vidéo

Novlangue – performance à la Défense, place des reflets, 30 juin 2012

Performance et vidéo dans Street Art P1050307

120630_JBC-Perf-10 dans Street Art

120630_JBC-Perf-42

120630_JBC-Perf-52-300x200

Esprit :

L’usage de la « Langue de bois » par l’ancien bloc soviétique a pendant un certain temps tété objet soit de dénonciations véhémentes, soit de railleries acerbes. La vision libéro-optimiste selon Fukuyama n’avait pas prévu la renaissance de cette langue dans son propre camps alors même qu’il écrivait les lignes de sa tristement célèbre « Fin de l’Histoire ». Aujourd’hui prospère cette novlangue qui remplit les pages imprimées en papier glacé des rapports des grands comptes, ainsi que les comptes rendus des conseils des ministres. La suppression des postes de la fonction publique n’en est plus une : désormais, c’est une RGPP. Le praesidium suprême est devenu comité d’entreprise. Et on pourrait multiplier les exemples à l’infini…

DSC00235a

DSC00234a

Vidéo : « Défense de coller »


Réalisation et montage : Geoffrey Wemelle

Remerciements : Guillaume Wemelle, Vincent Lhuillier, Photigule et Charlie Parcoeur – loveonthewall.com

Et l’interview :


 


Braderie de l’art à Roubaix

Mon stand à la Braderie de l’art 2011 à Roubaix : que du bonheur ! 

webjbstand2.jpg

webjbstand.jpg


SCRIBOUILLE ET PEINTURLURE |
Denis LE POULLENNEC |
Ambiance Vents et Marées pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elisheba
| Les dessins de Marie la Fou...
| Itinéraire d'un artiste sou...